CHU Henri MONDOR
Service UROLOGIE
Tel: 01 01 01 01 01
Prendre rendez-vous
Notre chaine Youtube
Facebook du service
Intranet
Voir le profil d'Urologie Mondor sur LinkedIn

rendez vous en ligne
 
Modifié le : 12 Février, 2016
Par: Webmaster
Accueil » Pôles cliniques » Lithiase pancréatique

Lithiase pancréatique

Docteur Antoine CHARACHON, chef de clinique assistant
Service d'Hépatologie Gastro-entérologie

Les calculs du canal pancréatique principal (Canal de Wirsung) survenant au cours des pancréatites chroniques (quelle qu'en soit la cause) sont parfois à l'origine de douleurs pancréatiques liées à l'obstruction canalaire. Auparavant, le traitement de ces calculs était chirurgical, avec un bénéfice démontré sur la douleur. Les complications parfois majeures de la chirurgie pancréatique font actuellement préférer les nouvelles techniques d'extraction de ces calculs: La Cholangio-Pancréatographie Rétrograde Endoscopique (CPRE), et plus récemment la Lithotritie Extra-Corporelle.

La CPRE, utilisée maintenant couramment, et en particulier à l'hôpital Henri Mondor, consiste à retirer les calculs par les voies naturelles, à l'aide d'un endoscope, après réalisation d'une sphinctérotomie pancréatique (section de l'orifice pancréatique dans le duodénum). Elle connaît toutefois ses limites. En effet, lorsque ces calculs sont de grosse taille, ou enclavés dans le canal de Wirsung (souvent en amont d'une sténose), ou adhérents à la paroi du canal, l'extraction endoscopique par CPRE seule est difficile voir impossible.

La Lithotritie Extra-Corporelle des calculs pancréatiques a été essayée pour la première fois en 1987 (1). Elle a depuis été largement étudiée et validée dans le traitement de ces calculs lorsqu'ils sont symptomatiques (2,3,4), et est utilisée à l'hôpital Henri MONDOR. Comme pour la Lithotritie des calculs urinaires, elle consiste à briser les calculs pancréatiques par des ondes de choc. Elle peut suivre une tentative d'extraction par CPRE et donc suivre la sphinctérotomie pancréatique. Elle peut également précéder l'extraction endoscopique, en particulier lorsqu'il s'agit de gros calculs. Enfin, elle peut parfois constituer le seul traitement lorsque les calculs brisés sont évacués spontanément (4). Il faut parfois plusieurs séances pour obtenir la fragmentation des calculs qui sont relativement durs. Son efficacité sur la douleur est démontrée avec une diminution de celle-ci dans près de 85 % des cas, et une disparition de la douleur pour 50 % des patients (3). Cette efficacité est corrélée à la disparition des calculs obtenue environ dans la moitié des cas (4). Les complications sont rares (10 %), s'agissant le plus souvent de douleurs voire de pancréatites aiguë modérées, parfois de bactériémies (4).

Références :

  1. Sauerbruch et al : Disintegration of a pancreatic duct stone with extracorporeal shock waves in a patient with chronic pancreatitis. Endoscopy 1987 ; 19: 207-8.
  2. Sauerbruch et al : Extracorporeal lithotripsy of pancreatic stones in patients with chronic pancreatitis and pain: a prospective follow up study. Gut 1992; 33 : 969-972.
  3. Delhaye et al : Extracorporeal shock-wave lithotripsy of pancreatic calculi. Gastroenterology 1992 ; 102: 610-620.
  4. Kozarek et al : Clinical outcomes in patients who undergo extracorporeal shock wave lithotripsy for chronic calcific pancreatitis. Gastrointest Endosc 2002 Oct;56(4):496-500.
Service d'urologie
Chef de service : Alexandre de la Taille
51 Av. du Ml. de Lattre de Tassigny 94010 Créteil France
Tél. : +33(0)1 49 81 25 51